cadre   - Nous sommes le Mardi 26 Mai 2015 et il est 15:30
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES OU AMIS DE PERSONNES MALADES ET HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Aude 11 - Languedoc Roussillon -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Ressources
  La recherche
  Insertion et Travail
  Groupe de parole
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 11
  la m.d.p.h et l'unafam de l'aude 11
  les nationales...
faut-il renommer la schizophrenie ?
  Les départementales
formation sur la parentalité des personnes en situation de handicap
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 69 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

FAUT-IL RENOMMER LA SCHIZOPHRENIE ? 18/05/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In SQS Société Québécoise de la Schizophrénie

Mai 2015

Faut-il renommer la schizophrénie ?

 Certaines personnes croient que la meilleure façon de réduire la stigmatisation associée à la schizophrénie serait de… renommer la maladie. Nous vous présenterons donc les arguments avancés par les partisans et les opposants au changement de nom sans prendre position. À vous de juger! 

 Note : Les arguments présentés ne sont qu’un résumé de la littérature sur le sujet. Ils ne représentent pas l’opinion de la Société québécoise de la schizophrénie.

 Le terme « schizophrénie » fait l’objet d’un débat depuis de nombreuses années. Certains sont convaincus qu’attribuer un autre nom à la maladie améliorerait l’image à laquelle on l’associe. D’autres croient tout simplement que cela ne changerait en rien la perception négative à l’égard de la maladie. 
 

Pour lire la suite, cliquer sur la cible

 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


FOLIE: 2000 ANS, TOUJOURS RIEN COMPRIS 11/05/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In LE TEMPS (Suisse) 09 mai 2015

Folie: deux mille ans, toujours rien compris

«La Nef des fous» de Jérôme Bosch, peinte en 1490-1500. Le trouble psychique n’est pas seulement envisagé comme un mal, mais aussi comme un vecteur de significations qui inspire les artistes et fascine leur public. (Josse/Leemage)

«La Nef des fous» de Jérôme Bosch, peinte en 1490-1500. Le trouble psychique n’est pas seulement envisagé comme un mal, mais aussi comme un vecteur de significations qui inspire les artistes et fascine leur public. (Josse/Leemage)

La médecine fait des progrès, sauf pour les dérèglements graves de la psyché. C’est le constat d’Andrew Scull dans son histoire culturelle de la folie

Il y avait une idée, au moins une, sur laquelle on croyait pouvoir s’accorder: celle selon laquelle le progrès médical a rallongé notre espérance de vie en bonne santé. Sauf qu’apparemment, ce n’est pas vrai: pas pour tout le monde. Les personnes souffrant de troubles psychiques graves vivent 10 à 25 ans moins longtemps que le reste d’entre nous. Apparemment, cette situation s’aggrave à un rythme accéléré. «Sur ce plan, nous semblons être en train de régresser», note Andrew Scull.

Professeur à San Diego, sociologue des sciences, historien de la psychiatrie et de la folie, le chercheur états-unien vient de publier Madness in Civilization *, une somme retraçant les tentatives de comprendre et de soigner la maladie mentale de l’époque de l’Ancien Testament à celle du DSM-5 – la très controversée nouvelle version (datée de mai 2013) du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, dans lequel la Société américaine de psychiatrie répertorie les souffrances de l’esprit.

Pour lire la suite, cliquer sur la cible 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Loi de santé : « Une conception redynamisante de la santé mentale »- 17/04/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In Psychiatrie et Santé Mentale (site d'informations d'intérêt national, de témoignages, de réflexions et de propositions)

Loi de santé : « Une conception redynamisante de la santé mentale »- Collectif pour une psychiatrie de progrès

Le projet de loi de modernisation de notre système de santé, adopté à l’Assemblée nationale le 14 avril, et plus particulièrement son article 13, ouvrent de nouvelles perspectives pour l’organisation des soins en psychiatrie.

Que contient cet article et quelles conséquences en découlent ?

 Le Collectif pour une psychiatrie de progrès, qui a été force de propositions pendant les débats, salue « une conception redynamisante de la psychiatrie».

Le projet de Loi de santé qui vient d’être adopté par l’Assemblée nationale relève d’une double logique. D’une part elle énonce et poursuit des objectifs de santé publique, dans le champ de la prévention comme dans celui des soins. D’autre part elle accentue la logique organisationnelle de la loi HPST, en mettant en avant les territoires, les acteurs de terrain, la contractualisation, la démocratie sanitaire, la complémentarité des intervenants. Elle cible le résultat et donc l’usager, et non les structures institutionnelles, ou les corporations (pour mieux contraindre ces dernières ?). Au total elle prétend intervenir dans un grand nombre de domaines, dont notre monde de la santé n’a certainement pas encore pris la mesure.

Parmi eux, et pour répondre à une demande formulée avec insistance depuis plusieurs années, et davantage encore depuis 2009, ce projet de loi de santé traite de la psychiatrie et de la santé mentale. Si l’on met de côté la loi de 2011 sur les soins sans consentement, aucun texte législatif global ne s’était intéressé à ce domaine depuis plus de trente ans. Emanant de la mission « Laforcade » et des travaux des directions concernées du Ministère de la Santé, il aboutit selon nous à une conception redynamisante de la santé mentale dans notre pays.

pour Lire page suivante: cliquer sur la cible


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


SUR LA RECHERCHE EN PSYCHIATRIE 13/04/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In CANAL ACADEMIE (Les Académies et l'Institut de France sur Internet)

“Sur la recherche en psychiatrie”

Communication de Mme Anne Fagot-Largeault, psychiatre, professeur au Collège de France et membre de l’Académie des sciences.
Dans cette communication, prononcée en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, Anne Fagot-Largeault a brossé une vaste fresque historique de l’essor de la psychiatrie. Elle a notamment identifié quatre étapes de « la psychiatrie sur la voie de la science ». À l’époque de Freud s’établit une tension entre deux modèles psychiatriques : le modèle objectiviste, organique qui voit dans des lésions cérébrales la cause des troubles, et le modèle fonctionnel qui voit cette même cause dans des phénomènes psychiques.
 
Après la seconde guerre mondiale, entre 1949 et 1959, la découverte inattendue des médicaments psychiatriques donne naissance à la psychiatrie biologique. Celle-ci reste cependant « minoritaire à côté de la psychiatrie humaniste, anthropologique, qui procède par études de cas en recourant au vocabulaire de la phénoménologie ».
 
Dans la seconde partie du XXe siècle se produit, selon les termes de l’oratrice, une « dérive », tout d’abord avec l’abandon du modèle asilaire, puis avec l’avènement de l’anti-psychiatrie qui voit dans la maladie une pure construction sociale.
 
Après ces excès se dessinent toutefois dans les années 1980 les prodromes d’une démarche véritablement scientifique de la psychiatrie.
 
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/es725.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida10641-Sur-la-recherche-en-psychiatrie.html
Date de mise en ligne : 24 avril 2014


- Imprimer cette info

TEMOIGNAGE :SEANCES EN ART-THERAPIE au MAROC 12/04/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In L'Opinion.ma (Maroc)

Témoignage de séances en art-thérapie : Vécu poignant évoqué à travers la peinture

Propos recueillis par Saïd AFOULOUS
 
Ci-dessous, le témoignage d’un patient suivi en art-thérapie par Bouchra Benyazza. Celle-ci nous confie avoir réalisé un documentaire présenté à l’occasion d’une rencontre à Marrakech autour du Centre psychothérapeutique de jour récemment inauguré. L’objectif de ce documentaire, dit-elle, c’est de donner à voir l’importance de l’art-thérapie au CPU du CHU Ibn Rochd de Casablanca à travers le témoignage de deux patients. Il s’agit dans ce qui suit, du témoignage de l’un d’eux que nous avons rencontré dans l’atelier d’art-thérapie. Deux particularités de ce témoignage. D’une part il émane d’un jeune trentenaire doté d’un niveau d’instruction supérieur et souffrant de troubles mentaux. D’autre part, il offre l’exemple d’une personne consciente qui se bat pour s’en sortir coûte que coûte. Certes, le témoignage ouvre les portes sur une histoire particulière, personnelle, ce qui n’empêche pas qu’il puisse être perçu comme très représentatif du vécu de nombreuses autres personnes qui vivent, endurent une souffrance psychique lancinante. Ce qui les pousse au repliement sur soi et les contraint à cette vie vagabonde dans l’anonymat des rues de la grande ville, cachant parfois sous des guenilles des trésors de sensibilité et de compassion comme c’est le cas émouvant de ce témoignage :
 
Lire page suivante


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


AAH:DECRET DU 3 AVRIL- EXTENSION DUREE MAXIMALE D'ATTRIBUTION 10/04/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In SERVICE-PUBLIC.fr

09 avril 2015

Allocation aux adultes handicapés (AAH) : extension de la durée de versement à certains bénéficiaires

Publié le 09.04.2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Un décret du 3 avril 2015 modifie, à partir du 6 avril 2015, les conditions d’attribution de l’allocation aux adultes handicapés (AAH).

Le bénéfice de l’AAH est ouvert aux personnes ayant un taux d’incapacité :

  • d’au moins 80 %,
  • compris entre 50 et 80 % à condition que la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) considère qu’elles subissent une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi du fait de leur handicap.

C’est pour cette deuxième catégorie de bénéficiaires que les conditions d’attribution de l’AAH évoluent. En effet, ce décret étend de 2 à 5 ans la durée maximale d’attribution de l’AAH pour les personnes ayant un taux d’incapacité compris entre 50 et 80 % sans nouvelle demande de leur part.

Cette allocation est destinée à assurer un revenu minimum aux personnes handicapées âgées d’au moins 20 ans (ou de plus de 16 ans si elles n’ouvrent plus droit aux allocations familiales) et disposant de ressources inférieures à certains plafonds, variables selon qu’elles vivent seules ou en couple et ont, ou non, des enfants à charge.

Sur Service-public.fr

Allocations destinées aux adultes handicapés : AAH et compléments



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


ADOLESCENCE:LEVER LE TABOU SUR LA SANTE MENTALE 31/03/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

Article extrait du site  maVéritésur

Via  PSYCOM: Collectif SISM

Adolescence : lever le tabou de la santé mentale  

Publié le 20/03/2015
 
 
Photo de la Vérité
 
« Je ne suis pas fou », « je ne vais quand même pas aller voir un psy » : les troubles de la santé mentale restent stigmatisés par les adolescents.
D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (1), environ 25% des jeunes de 10 à 19 ans souffrent de troubles mentaux et une grande partie des pathologies psychiatriques commencent à cet âge.
 
Aude Caria est directrice du Psycom, un organisme public d’information et de lutte contre la stigmatisation en santé mentale, membre du collectif des Semaines d’information sur la santé mentale. Elle explique la nécessité de sensibiliser face à la stigmatisation.
 
La suite page suivante


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


SOINS PSYCHIATRIQUES: LA FRANCE EN RETARD PAR RAPPORT A SES VOISINS 28/03/20156

Article sélectionné par Jean-Claude

In LE QUOTIDIEN DU MEDECIN (Rubrique ouverte sur le Web)

Soins psychiatriques : la France en retard par rapport à ses voisins

DAVID BILHAUT 09.01.2013
 
  • 1357825140400826_IMG_96650_HR.jpg
 
 

« Au regard de ses voisins européens, la situation française présente un certain retard en matière d’intégration de la psychiatrie à l’hôpital général, mais aussi et surtout en matière de développement des structures d’hébergement et services d’accompagnement de la psychiatrie à l’hôpital général, mais aussi et surtout en matière de développement des structures d’hébergement et services d’accompagnement de la personne souffrant de troubles psychiques dans sa vie quotidienne », souligne l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES) dans une étude récemment publiée portant sur l’évolution des dispositifs de soins psychiatriques en Allemagne, Angleterre, France et Italie.

Lire la suite page suivante

 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


PATHOLOGIES PSYCHIQUES: RECONNAISSANCE LIEN AVEC LE TRAVAIL EN EUROPE 28/03/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In LE QUOTIDIEN DU MEDECIN.fr

Par COLINE GARRÉ 26/03/2013 (Rubrique "ouverte" sans abonnement sur le Web"ouvert" sur le web

Pathologies psychiques : l’Europe peine à reconnaître un lien avec le travail

26.02.2013
 1361898883413523_IMG_99979_HR.jpg
L’Union Européenne admet communément que l’environnement professionnel joue sur la santé psychique des travailleurs et œuvre en faveur de la prévention des risques psychosociaux. Mais bien marginale est encore la prise en charge, par les organismes d’assurance, des pathologies psychiques liées au travail, comme le révèle l’étude Eurogip qui porte sur 10 pays* dont la France. Les psychopathologies sont difficilement considérées comme des accidents du travail, encore plus rarement comme des maladies professionnelles.

Seule la moitié des pays autorisent la reconnaissance d’une pathologie psychique comme maladie professionnelle. Le Danemark intègre le stress post-traumatique dans sa liste nationale des pathologies professionnelles, tandis que 4 autres pays (Belgique, Italie, Espagne, et France) reconnaissent certains troubles psychiques dans le système complémentaire**. La Suède, sans liste, valide au cas par cas depuis 10 ans, le lien entre maladie psychique et profession.

Lire  page suivante



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


HANDICAP PSYCHIQUE AU TRAVAIL: LE TABOU DEMEURE 28/03/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In LES ECHOS.fr

par Sabine GERMAIN

Au travail, le tabou du handicap psychique demeure

Sabine Germain | Le 16/11/2012

Si les handicapés physiques et sensoriels commencent à s’intégrer dans le milieu du travail, les handicapés psychiques, eux, restent ignorés. 600.000 personnes sont concernées. Le seuil des 6 % de travailleurs handicapés, imposé par la loi du 11 février 2005, reste difficile à atteindre pour les entreprises. Y compris les entreprises les mieux disposées. Le profil des candidats est trop souvent en décalage avec leurs besoins. Le niveau de qualification des chercheurs d’emploi handicapés est en effet nettement inférieur à la moyenne : 80 % d’entre eux ont une formation de niveau 5, équivalent au CAP. De plus, les aléas médicaux et sociaux les ont souvent éloignés de l’emploi : 53 % des personnes handicapées inscrites à Pôle emploi le sont depuis plus d’un an ; 30 % depuis plus de deux ans. Enfin, comme 85 % des handicaps se déclarent ou se développent avec l’âge, 37 % des chercheurs d’emploi handicapés ont plus de 50 ans. Entre l’âge, l’éloignement de l’emploi et le manque de qualifications, ils cumulent les handicaps…

Suite Page suivante

 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Ces actualités sont visibles sur les sites Internet des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 69 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972 dont le contact presse est : Marie
Seules les actualités marquée du signe * sont en provenance du siége de l'UNAFAM dont le contact presse est : Anne Pierre-Noël

 10 suivantes
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51) (52) (53) (54) (55) (56) (57) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72) (73)

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Aude 11 - Région Languedoc Roussillon
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales