cadre   - Nous sommes le Mercredi 27 Juillet 2016 et il est 19:15
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Aude 11 - Languedoc Roussillon -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Ressources
  La recherche
  Insertion et Travail
  Groupe de parole
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 11
  avis de décès - jacques ,marie, dreyer-dufer
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
permanence d'été unafam84 à carpentras: modification
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

Avis de Décès - Jacques DREYER-DUFER Unafam11

La famIlle DREYER-DUFER , Zada son épouse, Sacha et Emilie, ses enfants, Mélanie ROQUES, vous font part du décès de Jacques marie DREYER-DUFER.

Survenu le 22 juillet 2016, à Narbonne ses obsèques auront lieu dans l'intimité familiale.



- Imprimer cette info

HANDICAP PSYCHIQUE: LES FREINS DE L'AIDE A DOMICILE 24/07/2016

Article sélectionné par Jean-Claude

Avec l'aimable autorisation de Handicap.fr 

https://informations.handicap.fr/art-aide-handicap-psychique-875-8971.php

HANDICAP PSYCHIQUE: LES FREINS DE L'AIDE A DOMICILE

Résumé : Les personnes souffrant de troubles psychiques doivent pouvoir bénéficier d'une aide à domicile spécifique. Une étude publiée en juin 2016 par l'Observatoire Handéo apporte des éclaircissements sur leurs besoins en termes d'accompagnement.

Par Handicap.fr / Aimée Le Goff, le 21-07-2016
Réagissez à cet article !

Effrayante, la schizophrénie ? Peu handicapante, la dépression chronique ? Ces affirmations alimentent encore trop de préjugés sur les troubles psychiques, véritables handicaps invisibles. Comment favoriser l'intégration sociale des personnes qui en souffrent et leur garantir un soutien de qualité ? L'Observatoire national des aides humaines, porté par Handéo, publie une étude sur les besoins d'accompagnement et les freins à un système d'intervention adapté.

Quels troubles psychiques ?

En Alsace, en Aquitaine et dans le Limousin, six services d'aide à domicile sont au centre de l'enquête. Ses auteurs entendent par « handicap psychique » tout trouble nécessitant un suivi médical régulier, mettant en cause les capacités cognitives et induisant des interactions sociales difficiles, voire un isolement total. La bipolarité, la dépression sévère et la schizophrénie figurent parmi les cas étudiés. « Les troubles du spectre autistique ou les syndromes tels qu'Alzheimer n'ont pas été pris en compte, même s'ils peuvent être associés », précise Cyril Desjeux, directeur de l'Observatoire.

Intervenir à deux

Pour Roselyne Touroude, membre du Comité d'orientation d'Handéo, les auxiliaires de vie « peuvent contribuer très efficacement à retrouver une meilleure estime de soi ainsi qu'à renforcer les liens sociaux. » Pour ces raisons, l'accompagnement est à réformer, selon le rapport. Comment ? En adaptant au mieux les formations d'aide à domicile. Les observateurs préconisent entre autres un système d'interventions en binômes : « Ce système permet de faire intervenir un aidant connu de la personne en cas de remplacement et d'éviter les situations imprévues, qui peuvent provoquer de la tension ou de l'anxiété », ajoute M. Desjeux.

Des formations plus spécifiques

L'Observatoire estime que le personnel aidant doit également avoir une connaissance aiguisée du handicap psychique afin d'éviter les mauvaises interprétations face à certains comportements. « Une fatigue extrême pourra passer pour de la paresse alors qu'il s'agira des effets secondaires d'un traitement, poursuit le directeur. Surtout, il est primordial d'écouter les envies de la personne et de stimuler ses capacités. Même si elle est en possession de toutes ses capacités physiques, elle ne veut pas forcément les utiliser. Le rôle de l'aidant est de lui redonner le goût de faire les choses. »

Un grand besoin de flexibilité

Parce que la plupart des troubles psychiques sont évolutifs, les plans d'accompagnement doivent pouvoir s'adapter en termes de volumes horaires. Cyril Desjeux juge important que ceux-ci ne soient pas figés. « Nous parlons de maladies fluctuantes. Celles-ci nécessitent un accompagnement plus ou moins intense selon les périodes, affirme-t-il. Après une hospitalisation par exemple, il faudra préparer le retour au domicile. À d'autres périodes, le plan d'aide pourra être allégé. »

La PCH trop difficile d'accès

Les résultats du rapport sont on ne peut plus clairs : formations plus spécialisées, volumes horaires flexibles, mises en pratique permettant d'apporter un réel mieux-être. Le principal frein à ce type d'accompagnement ? La reconnaissance du handicap lui-même ! « Pour obtenir la Prestation de compensation du handicap (PCH), les questions posées concernent surtout les capacités physiques et motrices d'une personne. Il est encore très difficile de prouver qu'on souffre d'un trouble psychique, qui est un handicap à part entière », regrette M. Desjeux. Le chemin de la reconnaissance reste encore long. Si les plans d'aide à domicile méritent des améliorations, le premier pas vers un réel processus de soin passe surtout par une modification du regard porté sur les troubles psychiques.

© WavebreakMediaMicro (Fotolia)

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"

Pour lire un article sur le même sujet, cliquer sur la cible ci-dessous

 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


CANADA: LE CONCEPT DU RETABLISSEMENT 16/07/2016

Article sélectionné par Jean-Claude

Commission de la santé mentale du Canada

RecoveryLe Rétablissement

Quel est l'enjeu?

En matière de santé mentale, le concept du rétablissement se réfère à la possibilité de mener une vie satisfaisante, nourrie par l’espoir et valorisante, en dépit des inconvénients causés par les troubles mentaux et les maladies mentales. La Stratégie en matière de santé mentale pour le Canada réserve une place centrale à l’adoption de pratiques axées sur le rétablissement qui permettront d’améliorer les résultats en matière de santé mentale ainsi que la qualité de vie des personnes ayant un vécu expérientiel et de leurs familles.

Qu’est-ce que le rétablissement?

Depuis des décennies, des personnes ayant un savoir expérientiel des troubles mentaux et de la maladie mentale se font les championnes du rétablissement. Des praticiens, des pourvoyeurs de services et des décideurs du Canada et de partout dans le monde le préconisent. Les démarches axées sur le rétablissement reposent sur deux piliers :

  • Reconnaître que chaque personne est unique et qu’elle a le droit de déterminer sa démarche dans le chemin qui mène au bien-être et à un meilleur état de santé mentale;
  • Comprendre que nous vivons dans des sociétés complexes et que notre santé mentale et notre bien‑être sont soumis à l’influence de divers facteurs biologiques, psychologiques, sociaux, économiques, culturels et spirituels interagissant les uns avec les autres. 

Tout le monde peut se rétablir

Le rétablissement – processus par lequel des personnes aux prises avec un trouble mental ou une maladie mentale participent activement à leur cheminement vers le bien‑être – est possible pour tout le monde. Le processus du rétablissement s’inspire des forces de la personne, de sa famille, de sa culture et de sa collectivité et peut être favorisé par divers types de services, de mesures de soutien et de traitements. Les principes qui sous‑tendent le rétablissement, notamment l’espoir, l’autodétermination et la responsabilité, peuvent être adaptés à la réalité des différents stades de la vie et à l’éventail complet des troubles mentaux et des maladies mentales.

Un système de santé mentale axé sur le rétablissement

Imaginez un monde dans lequel le système de santé mentale serait en mesure d’offrir à tous l’occasion de développer ses aptitudes; où le savoir et l’expérience des gens seraient respectés et où ils participeraient activement à la conception et à la mise en œuvre des services et des mesures de soutien; un monde où tous les facteurs – biologiques, psychologiques, sociaux et économiques – qui ont une influence sur le bien‑être seraient pris en considération; où la diversité serait une source de force et où, peu importe leur origine, leur milieu ou leur culture, les gens pourraient s’efforcer d’exploiter leur plein potentiel, à l’abri des préjugés et de la discrimination. Bâtir cet avenir, ça commence maintenant.

Pour lire la suite cliquer sur la cible ci-dessous



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


LE SOMATIQUE TROP SOUVENT NEGLIGE EN PSYCHIATRIE 16/07/2016

Article sélectionné par Jean-Claude

In Infirmiers.com

06.07.16

Le somatique "trop souvent négligé" par les soignants en psychiatrie

Chez les patients atteints de troubles mentaux, le suivi somatique est "trop souvent négligé", a dénoncé mardi Béatrice Borrel, présidente de l'Union nationale des amis et familles de malades psychiques (Unafam), lors du congrès "soins somatiques et douleur en santé mentale" organisé à Paris par l'Association nationale pour la promotion des soins somatiques en santé mentale (ANP3SM).

silhouette

Rappeler que les patients atteints de troubles mentaux ne meurent pas en premier lieu de suicide, mais de maladies somatiques, cardiovasculaires en particulier... et qu'il ne faut donc pas négliger l'aspect somatique.

Béatrice Borrel intervenait dans le cadre d'une table ronde sur le ressenti des usagers sur la prise en charge globale en 2016, qui réunissait également le Dr Djéa Saravane, président de l'ANP3SM, praticien hospitalier et responsable du centre régional soins somatiques et douleur en santé mentale et autisme de l'établissement public de santé (EPS) Barthélémy-Durand à Etampes (Essonne), le Dr Nabil Hallouche, praticien hospitalier de l'hôpital Maison-Blanche à Paris et le Pr Emmanuelle Corruble, psychiatre au centre hospitalier universitaire (CHU) du Kremlin Bicêtre (AP-HP) à Bicêtre (Val-de-Marne). Les psychiatres, souvent, ne se préoccupent pas du suivi somatique de leurs patients ; ils ne sont pas coordonnés avec les médecins généralistes, et prennent très peu en compte les comorbidités addictives, a pointé la présidente de l'Unafam.

Elle a rappelé que les malades psychiques avaient un recours aux soins somatiques moins fréquent, ce qui s'explique aussi par une image d'eux-mêmes négative. Ils ne sont pas dans la demande de soins, et souvent n'expriment pas leur douleur physique, a-t-elle souligné. Leur accès aux soins est également compliqué du fait de leur précarité sociale, leur méconnaissance du dispositif de soin, les délais d'attente pour obtenir un rendez-vous et enfin le manque de prise en compte de leur anxiété lors de ceux-ci. Dès lors, c'est soit la famille ou l'entourage qui doit rappeler au malade psychique la nécessité des analyses, examens ou rendez-vous dentaires, soit il n'y a aucun dépistage, ce qui signe l'apparition de nouvelles maladies chroniques et peut conduire à une mort prématurée, a expliqué Béatrice Borrel. Nous demandons que la prise en charge somatique des personnes souffrant de pathologies psychiques chroniques sévères soit reconnue comme une priorité de santé publique, a-t-elle martelé. Cette prise en charge doit être organisée en définissant des règles de collaboration, notamment pour ce qui est de la transmission réciproque d'informations sur l'état de santé de la personne, avec son accord, a-t-elle poursuivi. Elle a demandé que la formation initiale et continue des médecins, psychiatres ou généralistes, prenne mieux en compte les problèmes somatiques des personnes souffrant de maladies psychiques, que le rôle des acteurs des secteurs paramédical et médico-social ainsi que de l'entourage soit explicité et valorisé, et enfin que l'éducation thérapeutique de ces personnes et de leurs proches soit développée.

Nous demandons que la prise en charge somatique des personnes souffrant de pathologies psychiques chroniques sévères soit reconnue comme une priorité de santé publique.

Pour lire la suite cliquer sur la cible ci-dessous



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


STRATEGIE NATIONALE eSANTE 2020 PRESENTEE PAR MARISOL TOURAINE 07/07/2016

Article sélectionné par Jean-Claude

In Ministère des Affaires Sociales et de la Santé

04/07/2016

MARISOL TOURAINE PRESENTE LA STRATEGIE NATIONALE eSANTE 2020

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a présenté aujourd’hui, dans les locaux de la start-up parisienne BePATIENT, la stratégie nationale e-santé 2020. Objectifs de ce plan : accompagner les acteurs du système de soins dans le virage numérique et permettre à la France de rester à la pointe en matière d’innovation.

La stratégie nationale e-santé 2020, présentée aujourd’hui par Marisol TOURAINE, s’articule autour de quatre grandes priorités :

- développer la médecine connectée à travers un plan « big data » en santé, fruit d’une réflexion lancée en septembre dernier. Ce plan permettra par exemple la mise au point de nouvelles applications de suivi à distance ou d’interprétation des données médicales pour assister les médecins dans leurs diagnostics ;

- encourager la co-innovation entre professionnels de santé, citoyens et acteurs économiques par le lancement d’appels à projets dédiés à l’e-santé ou le développement de living labs afin d’imaginer, en lien direct avec les utilisateurs, la médecine de demain (outils de télémédecine, applications de suivi des traitements, ect.) ;

- simplifier les démarches administratives des patients (admission, prise de rendez-vous en ligne, etc.) et outiller la démocratie sanitaire à l’aide d’une plateforme numérique facilitant la consultation et la participation des usagers ;

- renforcer la sécurité des systèmes d’information en santé grâce à un plan d’action dédié.

La ministre mettra en place à l’automne un conseil stratégique pour piloter la stratégie e-santé 2020. Il réunira des représentants des professionnels du secteur, des usagers, des industriels et les institutions publiques qui concourent à sa mise en œuvre.

Les mesures présentées aujourd’hui complètent les actions menées par la ministre depuis 2012, telles que le programme hôpital numérique, le plan « Territoires de soins numérique », la relance du dossier médical partagé et les expérimentations de télémédecine.

Marisol Touraine a par ailleurs annoncé, en mai dernier, un plan d’investissement de 2 milliards d’euros dont l’un des volets porte sur le numérique et les systèmes d’information dans les territoires.

« La rencontre entre le numérique et la santé est une promesse pour les patients, les professionnels et le système de santé dans son ensemble. Cette stratégie permettra à la France d’entrer pleinement dans l’ère de la médecine digitale » a déclaré Marisol Touraine.

pdf Consulter la stratégie e-santé 2020 dans son intégralité Téléchargement (506.8 ko)
pdf Télécharger le communiqué de presse au format PDF Téléchargement (38.7 ko)

- Le discours de Marisol Touraine

Pour savoir ce qu'en dit la presse, CLIQUER SUR CIBLE CI-DESSOUS



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


PSYCYCLETTE:LE VELO POUR SENSIBILISER AUX TROUBLES PSYCHIQUES 14/06/2016

Article sélectionné par Jean-Claude

Inj Psychologies.com
La rédaction » Les 400 coups de la Rédac' » Coups de projecteur » Psycyclette : le vélo pour sensibiliser aux troubles psychiques

PSYCYCLETTE: LE VELO POUR SENSIBILISER AUX TROUBLES  PSYCHIQUES

Publié le 13 juin 2016

iStock_000021744971_Medium

Du 15 au 22 juin 2016, aura lieu la troisième édition de Psycyclette. Organisé par l’UNAFAM - l'Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques -, ce « Tour de France » un peu particulier a pour ambition d’en finir avec les tabous qui entourent les maladies psychiques.

En France, 2 MILLIONS DE PERSONNES SOUFFRENT DE TROUBLES PSYCHIQUES SEVERES. Pourtant, le sujet demeure tabou et entouré d’idées préconçues. En finir avec cette stigmatisation : c’est l’objectif de Psycyclette.

 

Les « psycyclistes  » participent souvent en tandem : un malade et son proche. Pendant quelques jours, les frontières s’effacent. Patients, soignants et bénévoles pédalent côte à côte et peuvent dialoguer. « Cet événement fait beaucoup de bien aux malades, aux soignants, mais aussi à leurs proches, explique Elsa Ansquer, responsable communication chez l'Unafam. Le statut de l'entourage est compliqué : il est difficile d’avouer publiquement que l'on se sent impacté par la maladie de son frère, par exemple, puisque ce n’est pas nous qui sommes malades. Pourtant, les proches sont les premiers impactés. Psycyclette permet un lâcher-prise. »

Cliquer sur la CIBLE pour lire la suite



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


TROP D'IDEES FAUSSES SUR LES MALADIES PSYCHIATRIQUES 10/06/2016

Article sélectionné par Jean-Claude

In LE FIGARO.fr SANTE

Actualité

BERTRAND LANGLOIS/AFP

 

La 3e Mad Pride française aura lieu samedi 11 juin à Paris.

TROP D'IDEES FAUSSES SUR LES MALADIES PSYCHIATRIQUES

 
Par figaro iconPauline Fréour - le 09/06/2016
 
La couverture médiatique des troubles mentaux est trop souvent réduite à des faits de violence, dénoncent des experts.

Un sondage réalisé en 2014 pour la Fondation FondaMental révélait que la moitié des Français ont un ou plusieurs proches affectés par une maladie mentale. Malgré cette proximité, il est courant d'associer les pathologies psychiatriques à un comportement violent: 45 % des personnes interrogées à cette même occasion pensaient que les patients atteints de pathologies psychiatriques sont dangereux pour les autres.

Un préjugé dans lequel les médias ont leur part de responsabilité, dénonce une étude américaine qui vient d'être publiée dans la revue Health Affairs. Les auteurs ont analysé 400 articles et reportages tirés au hasard parmi les milliers de sujets diffusés sur le thème de la maladie mentale entre 1995 et 2014 par onze grands médias américains (sept quotidiens nationaux ou régionaux, la plus grande chaîne d'information continue du pays et le journal du soir de trois chaînes télévisées). Ils observent que 55 % des sujets dont le titre mentionne «maladie mentale» ou un terme associé (schizophrénie, bipolaire, anxiété, hyperactivité…) portent sur des faits de violence. Ce type d'article ou de reportage est plus fréquent que ceux traitant de pistes thérapeutiques (47 %). Loin derrière, les contributions véhiculant un message optimiste comme un traitement efficace ou une guérison (14 % seulement).

Cliquer sur la CIBLE pour lire la suite



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


RECHERCHE: GENEVE ET PARIS VONT CREER UNE BIOBANQUE SUR LA BIPOLARITE 09/06/2016

Article sélectionné par Jean-Claude

In Tribune de Genève

Mardi 24/05/2016

Par Julien de Weck

GENEVE ET PARIS VONT CREER UNE BIOBANQUE SUR LA BIPOLARITE

Recherche: Le professeur Jean-Michel Aubry est l’un des membres fondateurs, avec Marion Leboyer, de FondaMental Suisse.

Le professeur Jean-Michel Aubry, chef du département de santé mentale de psychiatrie des HUG est l'un des membres fondateurs de FondaMental Suisse.

Le professeur Jean-Michel Aubry, chef du département de santé mentale de psychiatrie des HUG est l'un des membres fondateurs de FondaMental Suisse. Image: Pierre Abensur/Tribune de Genève

 La bipolarité fait partie des dix pathologies considérées comme préoccupantes par l’Organisation mondiale de la santé. Cette maladie qui se traduit par des variations de l’humeur hors de proportion en intensité et en durée touche environ 100 000 personnes en Suisse. La Fondation FondaMental Suisse organise mardi soir (24 mai) à Genève une levée de fonds pour établir une base de données et une biobanque sur les patients et leur descendance.

Questions au professeur Jean-Michel Aubry, chef du département de santé mentale de psychiatrie des HUG et l’un des membres fondateurs avec Marion Leboyer de FondaMental Suisse.

Cliquer sur la CIBLE pour lire la suite



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


SCHIZOPHRENIE: DOUBLE PERSONNALITE ? 30/05/2016

Article sélectionné par Jean-Claude

In (Suisse)

Rubrique "Latitudes"

sante JEUDI 26 MAI 2016
«Un schizophrène n’a pas de double personnalité»
Par Catherine Riva
 
La schizophrénie affecte l’identité des personnes atteintes. Le point avec un spécialiste sur les connaissances de cette maladie qui perturbe le traitement de l’information au niveau du cortex.

Violence, double personnalité, maladie mentale de l’identité… Pour nombre d’entre nous, la schizophrénie reste associée à des manifestations inquiétantes que la fiction romanesque et le cinéma exploitent. Dans Psycho, A Beautiful Mind, Shutter Island ou Fight Club, cette maladie est mise en scène comme l’expression d’une identité perturbée, avec personnalité multiple et hallucinations visuelles à la clé. Mais ces représentations n’ont pratiquement rien à voir avec la réalité des symptômes (lire l’encadré ci-dessous). Le problème, c’est que cela contribue à la stigmatisation des patients.

«La schizophrénie et la personnalité multiple sont deux maladies différentes», souligne Jérôme Favrod, professeur à l’Institut et Haute Ecole de la Santé La Source — HEDS La Source VD et infirmier spécialiste au Service de psychiatrie communautaire au CHUV à Lausanne. «La schizophrénie est une maladie du traitement de l’information au niveau du cortex hétéromodal, alors que la personnalité multiple est une stratégie adoptée par certaines victimes de violences sexuelles dans l’enfance pour faire face», précise-t-il. Quant au raccourci qui consiste à ranger la schizophrénie parmi les «maladies du moi», le spécialiste n’hésite pas à le qualifier d’«offensant pour les patients et les connaissances actuelles».

Cliquer sur la cible pour lire la suite



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


SUISSE:SANTE MENTALE ET SANTE PUBLIQUE:UN LIEN INCONTOURNABLE 29/05/2016

Article sélectionné par Jean-Claude

In Revue Médicale Suisse

Santé mentale et santé publique : un lien incontournable

Benedetto Saraceno, Daniele Zullino

Résumé

Le concept de santé mentale dépasse celui de la pratique clinique psychiatrique à proprement parler, et porte de manière additionnelle sur la promotion du bien-être somato-psychosocial, ainsi que sur les activités de prévention spécifiques.Cette discipline est donc soumise à des attentes de la part de nombreux et différents acteurs tels que les responsables politiques, les organisations d’usagers et de proches et la population générale. Si les professionnels œuvrant dans ce domaine offrent des expertises techniques qui sont de l’ordre de la santé publique appliquée à la santé mentale, il est nécessaire d’identifier les actions spécifiques de santé mentale publique auxquelles les médecins généralistes et les spécialistes en psychiatrie peuvent contribuer. Mais pour ce faire, des connaissances en santé mentale publique sont requises, d’où le besoin d’une formation appropriée.

Cliquer sur la cible ci-dessous pour lire la suite



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Ces actualités sont visibles sur les sites Internet des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972 dont le contact presse est : Marie
Seules les actualités marquée du signe * sont en provenance du siége de l'UNAFAM dont le contact presse est : Anne Pierre-Noël

 10 suivantes
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51) (52) (53) (54) (55) (56) (57) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72) (73) (74) (75) (76) (77) (78) (79) (80)

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Aude 11 - Région Languedoc Roussillon
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales