cadre   - Nous sommes le Jeudi 23 Novembre 2017 et il est 15:54
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Aude 11 - Languedoc Roussillon -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Ressources
  La recherche
  Insertion et Travail
  Groupe de parole
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 11
  avis de décès - jacques ,marie, dreyer-dufer
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
le lien n°63 sur les semaines d'information sur la santé mentale
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d
    page témoignage - Délégation Aude 11 - région Languedoc Roussillon


Maladie et célébrités






Maladie et célébrités Robert Schumann

Origine de l'article : section unafam11 - Courriel : infos@unafam11.org

cette page est sonorisée, allumer vos haut-parleurs si vous le désirez...

Robert Schumann "Intermezzo op 26 n°4"






























Schumann, Robert (1810-1856)

Compositeur allemand dont la musique et la vie fut marquée par une quête de l’infini, qui a fait de lui l’une des figures marquantes du romantisme allemand.



Un destin romantique

Né le 8 juin 1810 à Zwickau, en Saxe, Schumann baigna dès l’enfance dans un univers littéraire. Son père étant libraire, il découvrit vite les grands auteurs romantiques et partit faire des études à Leipzig et à Heidelberg. Il mit toute son énergie à l’étude du piano sous la direction de Friedrich Wieck.

Passionné et souvent excessif, il voulut s’étirer les doigts afin de pouvoir plaquer sur le clavier de plus grands accords. Résistant facilement à la douleur, il poursuivit l’expérience jusqu’à ce que sa main soit irréversiblement paralysée.

Ayant ainsi perdu l’espoir d’accomplir une carrière de concertiste, il se tourna vers la composition et la critique musicale. Il créa la très contestataire Nouvelle Revue musicale en 1834.

Son mariage en 1840 avec Clara Wieck (voir Schumann, Clara Josephine), la fille de son professeur, elle-même pianiste virtuose, fut le seul bonheur de sa vie.

Peu doué pour l’enseignement, Schumann quitta son poste de professeur à Leipzig et devint, en 1850, directeur musical pour la ville de Düsseldorf.

Dès 1854, ses accès de démence et de désespoir l’amenèrent à démissionner. Après une tentative de suicide par noyade, il fut interné près de Bonn où il mourut le 29 juillet 1856.



Influences littérraires

Schumann (Robert), Carnaval Le Carnaval opus 9 pour piano mêle l'esprit de la commedia dell'arte aux mouvements d'humeur romantiques, en hommage aux contemporains (Chopin, Paganini) et à la femme aimée (avec le rébus musical sur les lettres d'ASCH, village natal d'Ernestine von Fricken). Le recueil construit ainsi peu à peu un climat de décalages à la fois harmoniques, rythmiques et expressifs.

Personnalité romantique aux multiples facettes, Schumann aimait à s’identifier à deux héros complémentaires : le vaillant Florestan et le rêveur Eusebius, dont il fit dans Carnaval (1834-1835) le portrait pianistique. On retrouve ces deux caractères dans toute son œuvre, ainsi que dans ses écrits qu’il signait souvent par l’ un ou l’autre de ces deux noms.

Cherchant à se cacher derrière des masques, Schumann trouva dans l’écriture des lieder la possibilité de traduire son obsession du double. Il composa 248 mélodies, dont les Liederkreis sur des textes de Heinrich Heine et Joseph von Eichendorff, le cycle des Amours du poète d’après Heine, et l’Amour et la Vie d’une femme sur les poèmes d’Adelbert von Chamisso. D’une grande liberté de composition, donnant fréquemment au piano la partie du chant et laissant la voix se glisser entre les harmonies de l’accompagnement, ces lieder servent subtilement les nuances des textes et explorent toute la complexité de la psychologie humaine.

Imprégnée de littérature, l’œuvre pour piano de Schumann transposa sur le clavier une grande variété de sentiments. Comme d’autres romantiques, il exprimait tantôt l’espoir, tantôt la peine, notamment dans son Concerto pour piano (1845), la Fantaisie en ut majeur (1836) ou les Études symphoniques (1854), mais il évoquait également avec une grande simplicité et une apparente légèreté des émotions plus secrètes dans des recueils comme Papillons (1831), Scènes d’enfants (1838), Kreisleriana (1838) et l’Album pour la jeunesse (1848).

Comprenant également quatre symphonies, de nombreuses œuvres de musique de chambre, un oratorio, le Paradis et la Péri (1843) et un opéra méconnu, Genoveva (1848), l’œuvre de Robert Schumann marque l’apogée du romantisme musical allemand.


Affichage de la mise en page prévue pour impression affichage prévu pour imprimer cette page

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Aude 11 - Région Languedoc Roussillon
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales